Une bite dans chaque orifice

gangbang etudiant

C’était un vendredi soir de printemps, l’heure de pointe pour les fêtes de fraternité sur le campus. Ma colocataire, Stéphanie, et moi étions en première année et allions souvent à l’une de ces fêtes pour avoir quelque chose à faire. Mais nous sommes presque toujours parties tôt, par ennui devant les pitreries alcoolisées des jeunes mecs de la fratrie. Ce vendredi a commencé et s’est terminé différemment. Lorsque nous sommes arrivées à la maison de la fraternité, nous avons trouvé une bonne fête en cours, avec la présence de la plupart des élèves des classes supérieures. C’était toujours une fête animée, mais sans le comportement odieux habituel des jeunes étudiants. Stéphanie et moi avons circulé et dansé. Nous avons bu de la bière et mangé les en-cas fournis. Et nous avons bu de la bière. Et nous avons dansé. Et nous avons bu de la bière. La plupart des hommes étaient beaux et tellement plus cool que les connards auxquels nous nous étions habitués.

J’ai dansé un slow avec deux juniors et un senior. Ils m’ont tous fait savoir que je leur plaisais ; leurs érections parlaient pour eux. Pendant une période de repos, j’ai fait un coucou à l’un des Juniors sur un canapé d’angle, et il a fait de bons progrès pour me faire travailler. Ma culotte était mouillée lorsque nous nous sommes levés pour danser à nouveau.

Bientôt, trop tôt je pense, la fête a commencé à se séparer, et j’ai réalisé qu’il était déjà deux heures du matin. La musique était à bas volume et le niveau sonore général était très bas. Mon “rendez-vous”, je crois qu’il s’appelait Paul, m’a demandé si je voulais voir sa chambre à l’étage. Je savais ce qu’il demandait vraiment et je le voulais aussi, alors j’ai dit oui. Il m’a fait monter les escaliers jusqu’au troisième étage, et en chemin, j’ai vu plusieurs autres frères lui faire le signe V.

Dans sa chambre, nous nous sommes installés sur son lit et avons recommencé à nous embrasser. Il embrassait très bien et ma température ne cessait d’augmenter. Bientôt, nous sommes passés du bisou aux caresses. Ses mains sont remontées sous mon haut pour masser mes seins, nus sous ma chemise. En un rien de temps, mon haut était enlevé et il embrassait et suçait mes seins, mes tétons. C’était merveilleux, mais j’ai réalisé que la bière m’avait atteint. J’étais là, dans la chambre d’un inconnu, sans ma chemise, avec sa bouche et ses mains sur mes seins. Qu’est-ce que je fais ici, ai-je pensé. Et la réponse est devenue sans importance lorsque sa main s’est déplacée vers mon aine et a commencé à me frotter de l’extérieur de mon short.

Il m’a rapidement fait passer de l’excitation à l’excitation totale. Sa bouche travaillait toujours sur mes tétons, les suçant et les mordant, tandis que ses mains tâtonnaient pour ouvrir mon short. Une fois ouvert, il a lutté pour me l’enlever. Je pouvais m’entendre gémir avec le plaisir de sa bouche. J’ai levé les hanches et il a poussé mon short et ma culotte humide le long de mes cuisses et de mes jambes. Ils se sont accrochés à mon pied gauche et y pendaient, mais aucun de nous n’y a prêté attention.

Paul s’est penché au-dessus de moi et a regardé mon corps dénudé, semblant être hypnotisé. Puis il s’est repris et m’a regardée dans les yeux.

“Sophie, tu es belle, vraiment belle. J’ai tellement envie de te baiser que je n’en peux plus.”

Ce n’était pas vraiment un discours d’amour, mais ça m’a enflammée. Je l’ai tiré vers moi et j’ai essayé de desserrer sa ceinture. Nous avons lutté ensemble pendant de longues secondes, puis il s’est retiré, s’est levé et s’est débarrassé des vêtements qui l’encombraient : pantalon, short, chemise. Il est resté là devant moi pendant une demi-douzaine de battements de cœur, nu et beau à souhait. Maigre, grand et bien musclé. Son érection palpitait dans la faible lumière, se courbant vers le haut à partir de ses poils pubiens à sa base.

Puis il est rapidement remonté sur le lit au-dessus de moi. J’ai ouvert mes jambes pour lui et il s’est blotti entre elles. Il n’y a plus eu de préliminaires. Il a pris son érection dans sa main et l’a guidée vers mon ouverture. Il a glissé la tête entre mes lèvres humides et l’a bientôt forcée à entrer en moi. Oh, mon Dieu, comme c’était bon.

J’ai gémi dans son oreille pendant qu’il pilonnait en moi. Ce n’était pas de l’amour doux. C’était de la baise dure. Et je m’en fichais, j’adorais ça. Sa queue s’enfonçait dans mon centre humide, faisant des bruits humides et excitant mon clitoris à chaque coup. Je me sentais monter rapidement vers un orgasme. Je l’ai poussé à continuer avec mes muscles vaginaux serrés, mes jambes enroulées autour de ses hanches, et avec ma voix.

En ce moment en webcam sexy

“Baise-moi, Paul”, lui ai-je chuchoté. “Baise-moi fort, chéri. Baise-moi, baise-moi. Je vais jouir.” Je pouvais entendre ma voix s’élever alors qu’il claquait en moi, et mon orgasme a éclaté dans mon ventre. Il a continué à pomper en moi pendant que les tremblements parcouraient mon corps. Puis il a crié et s’est figé avec sa bite enfouie dans mon ventre. Il a pulsé à plusieurs reprises et je pouvais sentir le sperme pomper dans mon cœur.

Paul s’est effondré sur moi et nous avons tous les deux essayé de réguler notre respiration. Soudain, j’ai réalisé que nous n’étions pas seuls. Par-dessus son épaule, je pouvais voir deux gars silhouettés dans l’embrasure de la porte par la lumière du couloir.

“Hé, Paul,” dit l’un d’eux, “c’est une jolie femme que tu as là. Tu veux partager ?”

Sans un mot, Paul a roulé sur moi et a ri. “Bien sûr, Hamed. Hamed, voici Sophie. C’est une petite étudiante de première année très sexy. Sophie, voici mon ami Hamed. Et lui, c’est Johan.”

Je suis restée allongée, nue, avec le sperme de Paul qui coulait de ma chatte, pendant que les deux hommes s’approchaient du lit. J’étais embrumée par la bière et la baise, mais j’étais nerveuse. Qu’est-ce qui se passe ici ? ai-je pensé. La réponse est devenue évidente en un instant.

Hamed a commencé à se déshabiller et Johan a fait de même. Pendant que Paul caressait mon ventre, les deux étudiants ont grimpé sur le lit. Hamed a commencé à jouer avec mes seins, les massant et frottant mes tétons. Johan est monté entre mes jambes et a caressé ma chatte. Les deux gars avaient maintenant des érections complètes. J’ai faiblement essayé de me lever mais les trois ont rendu cela impossible. Hamed a commencé à embrasser mes seins et Johan a frotté sa queue sur les lèvres de ma chatte. Paul a tenu mes épaules et m’a embrassée.

“Doucement, Sophie. C’est juste ton initiation à notre Frat. Toutes les nanas spéciales sont initiées et deviennent des sœurs honorifiques du Frat.”

Je ne savais pas quoi faire, mais les caresses commençaient à m’exciter à nouveau. En un instant, la question est devenue discutable ; Johan a glissé sa queue dure en moi. Elle est entrée facilement car j’étais mouillée et un peu tendue par l’utilisation précédente de Paul. Je me sentais à nouveau pleine et j’aimais ça. Johan a commencé à entrer et sortir de moi sans autre préparation. C’était bon, très bon. Ce premier plan à trois me plaisait grave.

Paul s’est retiré et Hamed l’a remplacé, sa bite gonflée dans mon visage. Lorsqu’il a touché mes lèvres, j’ai ouvert la bouche instinctivement et l’ai pris en moi. En le suçant, j’ai regardé dans ses yeux et j’ai vu sa luxure s’y refléter. Il a commencé à pousser doucement pendant que Johan pompait dans ma chatte. J’avais des bites dans ma chatte et dans ma bouche en même temps, quelque chose de totalement nouveau pour moi. J’étais confuse mais excitée. Mes mains bougeaient sans que je le sache, l’une pour frotter mon clito et l’autre pour saisir et caresser la bite dans ma bouche.

Pendant que les deux frères me baisaient, j’ai pris conscience que d’autres hommes entraient dans la pièce. Une petite foule entourait maintenant le lit sur lequel j’étais allongée, me regardant me faire baiser dans la bouche et la chatte. Pour une raison étrange, je n’étais plus effrayée. J’étais excitée au point de jouir violemment sur la bite de Johan en pleine poussée. Cela m’a fait bâillonner sur la queue de Hamed, maintenant au fond de ma gorge. Et cela a suffi à faire jouir Johan ; il a joui bruyamment, pompant une charge de sperme dans ma chatte déjà remplie.

Alors que Johan s’est détaché de moi, un autre homme s’est avancé et l’a remplacé dans ma chatte. Bientôt, Hamed a éjaculé avec un cri et a rempli ma bouche de succion à ras bord. J’ai essayé d’avaler le sperme chaud mais une grande partie a fui autour de sa queue pour se répandre sur mes lèvres et sur mon menton et mes joues. Je l’ai senti couler sur les côtés de mon visage et dans mes oreilles. Je me souviens avoir pensé : “Ça chatouille”.

J’ai rapidement perdu la trace de qui faisait quoi à moi. Je continuais à avoir des orgasmes, apparemment les uns après les autres. Et les hommes ont continué à venir aussi. Avec ma chatte pleine, ils ont commencé à se retirer pour jouir, le tirant sur moi au lieu de le faire en moi. Du sperme chaud a éclaboussé mon visage et mes seins, mon ventre et ma chatte. J’étais couverte de cette substance gluante. Son odeur remplissait mes narines et m’excitait encore plus.

Des mecs baisaient ma chatte et ma bouche, se relayant et riant de la folie de tout cela. Puis quelqu’un a dit : “Hé, elle a un autre trou que nous n’avons pas utilisé !”.

Ils m’ont retournée et ont tiré mon cul en l’air. Quelqu’un a appuyé son érection contre mon anus. Maintenant, j’avais peur. Je n’étais pas une vierge anale mais je savais à quel point j’étais serrée derrière. Heureusement, je suppose que l’abondance de sperme qui s’était écoulée de ma chatte et dans ma raie des fesses était suffisante pour me lubrifier. Le gars derrière a poussé fort et a plongé au-delà de mon sphincter et profondément dans mon rectum. Je crois que j’ai crié mais ma bouche était pleine de la viande de Shorty – qui a presque immédiatement éructé en moi.

Le gars dans mon cul m’a soulevée et a roulé sur le dos en m’emmenant avec lui. Cela a présenté ma chatte béante aux autres, et un gars s’est avancé et a enfoncé sa viande en moi. Un autre a enfoncé sa queue dans ma bouche maintenant vide. Je me faisais baiser dans les trois trous, une autre première pour moi.

Je vacillais de désir et d’épuisement à présent. Lorsqu’un gars venait et se retirait de moi, un autre le remplaçait immédiatement dans le trou qui était resté vide. Au moment où le dernier gars venait en moi, la première équipe avait récupéré et s’en prenait à nouveau à moi. Pendant tout ce ravage de mon corps, j’ai eu un orgasme après l’autre, mon corps frissonnant encore et encore pendant que je jouissais, de la sueur partout sur moi. Quand ma bouche n’était pas bourrée, je pleurais de douleur et d’extase.

Mon esprit tourbillonnait avec la scène qui changeait constamment, différents gars me baisant dans différentes parties de mon corps, tirant du sperme partout sur moi, montant et descendant du lit à mesure qu’ils venaient. Je n’arrivais pas à suivre ce qui se passait. Tout ce que je sais, c’est que tous les gars présents m’ont prise au moins deux fois, certains plus. Quand il n’y avait pas d’ouverture disponible, certains gars se sont juste branlés sur moi plutôt que d’attendre. Plus tard, ils m’ont dit qu’ils étaient douze, le “comité d’initiation” de ce week-end.

Quand ils en ont eu fini avec moi, incapables de se remettre en érection, ils se sont retirés. Je suis restée allongée, les jambes écartées, les bras écartés comme si j’avais été crucifiée, trempée de sueur et couverte de sperme séché. Ma chatte et mon cul étaient à vif, et mes mâchoires me faisaient mal.

J’étais molle, incapable de bouger. Dépensée et utilisée, je me sentais glorieuse mais faible. Ils sont restés debout ou assis, et ont fixé ma nudité si bien baisée. Puis, spontanément, ils ont commencé à applaudir. Un gars a commencé et les autres ont commencé à reprendre le flambeau. Toute la foule a éclaté en acclamations et en rires. J’ai essayé de me joindre à eux mais je n’avais pas l’énergie nécessaire. Je leur ai juste souri. Et j’ai lâché un énorme rot, un rot de sperme.

Ça a marché. Ils ne pouvaient même pas se tenir debout tellement ils riaient.

J’ai essayé de m’asseoir mais je n’avais pas l’énergie. Paul est venu s’asseoir à côté de moi et a bercé ma tête.

“Sophie, tu vas bien ?” a-t-il dit. Je lui ai simplement souri et j’ai secoué la tête.

Ils m’ont portée jusqu’à un lit d’appoint, ont essuyé mon visage chaud et barbouillé avec un chiffon froid et m’ont bordée. Le lendemain matin, tard, deux d’entre eux m’ont aidé à m’habiller. (J’ai demandé qu’ils laissent leur sperme séché sur moi. Je voulais le montrer à ma colocataire, sinon je ne pense pas qu’elle aurait cru mon histoire.

Ils m’ont conduit chez moi, dans la maison où Stéphanie, moi et plusieurs autres personnes vivions. J’ai marché de la voiture à la maison la tête haute, même si mes cheveux étaient emmêlés de sperme séché.

Stéphanie m’a rencontrée à la porte, les yeux écarquillés par le choc.

“Mon Dieu, ma fille, que t’est-il arrivé ?”

J’ai souri et lui ai dit que je la mettrais au courant pendant que je me tremperais dans un bain chaud. Et je l’ai fait. Et c’est une bonne chose que je n’aie pas lavé les preuves avant de rentrer à la maison. Stéphanie a ri et s’est moquée en m’aidant à me laver.

“La prochaine fois, chérie, je resterai près de toi. Je t’éviterai les ennuis ou je me joindrai à toi.”