Chaudes créatures cherchent homme à baiser

Les bottes étaient son achat le plus frivole. Pendant 400 €, elles n’avaient fait que décorer l’intérieur de son armoire, lui rappelant son état de célibataire lamentable chaque fois qu’elle en ouvrait les portes. Elles se tenaient fièrement dans un coin, brillantes et hautaines, lui disant qu’elle ne serait jamais cette fille, pas la fille qui avait assez de couilles pour enfiler ces bottes sur ses pieds, les zipper confortablement autour de ses mollets, genoux et cuisses, et se pavaner hors de la porte sur ces talons de 10cm.

Elle était, au contraire, la fille qui rêvait d’être une fille plus courageuse, une fille plus sexy. Une femme dévergondée qui chercherait le sexe – et le trouverait – dans ces bottes.
C’était samedi soir et elle buvait du vin seule dans sa chambre. Elle n’était absolument pas fière de ce fait. Elle avait eu une journée plutôt productive, mais il faisait nuit maintenant, et il faisait chaud, et elle avait envie d’un peu de compagnie immédiate. Elle s’était donné une pause dans ses fréquentations – trop de dîners polis mais sans étincelles avec des comptables anodins. Et elle savait pourquoi. Les bottes disaient tout ; à l’intérieur, derrière les portes fermées, elle était sauvage et lascive, mais à l’extérieur, elle se présentait comme une bibliothécaire, et pas non plus comme une bibliothécaire énervée et sexy. Plutôt une bibliothécaire ennuyeuse, aimant les chats, et bien qu’elle soit, en fait, une conseillère d’orientation de collège avec un appétit sexuel sain, elle savait que la plupart des hommes la trouvaient peu sexy.

Après son troisième verre en vingt minutes, elle pouvait sentir un agréable buzz l’envahir. Elle était détendue et cela faisait bien trop longtemps qu’elle n’avait pas eu le bon genre d’homme entre ses jambes – ou n’importe quel homme, d’ailleurs. Elle s’est déshabillée et a jeté ses vêtements dans le panier à linge, appréciant la sensation de ses seins qui se balancent librement, de l’air qui caresse son corps. Mon Dieu, elle avait besoin d’être correctement baisée. Son cœur battait un peu plus vite alors qu’elle considérait lequel de ses trois vibrateurs serait son compagnon chanceux ce soir.

Et puis, en ouvrant la porte de son armoire pour jeter ses vêtements dans le panier à linge, elle a aperçu les bottes et s’est arrêtée.

Non. Ce soir, elle avait besoin d’une bonne baise avec une vraie bite, de préférence mais pas nécessairement attachée à un homme décent. Ses tétons se sont froncés et elle les a caressés, glissant dans une rêverie où elle est descendue chez Ammermon, a trouvé le premier homme disponible et lui a demandé de la baiser sans raison. Elle a gloussé un peu hystériquement. C’était ridicule, vraiment. Elle ne pouvait pas plus s’approcher d’un type étrange et…

Mais les bottes.

Elle pouvait laisser les bottes faire la conversation.

Il était 9h30 et elle savait que Dawntee était probablement encore à la maison. Sa voisine d’en face était une noctambule, une drag queen et une brillante maquilleuse. Même si elles n’avaient échangé que des bonjours dans le couloir pendant l’année où elles avaient été voisines, Dawntee était sympathique et serait très probablement heureuse de l’aider. Attrapant les bottes, Erica a enfilé un peignoir et a traversé le couloir.

Elle pouvait sentir le parfum de Dawntee qui flottait dans l’appartement avant même d’entendre le sulfureux “Qui est-ce ?”. Elle a dû se répéter deux fois avant que Dawntee n’ouvre la porte, une expression perplexe sur le visage, tirant son propre kimono serré autour de sa structure légère.

“Eh bien, si ce n’est pas ma voisine”, a-t-elle ronronné.

En ce moment en webcam sexy

“Bonjour, ma chérie. Tu viens emprunter une tasse de sucre ?”

Erica a rougi et a levé ses bottes. “En quelque sorte.”

Dawntee l’a fait entrer dans l’appartement opulent, lui faisant signe de s’asseoir sur l’un des canapés en velours. “Ce sont de sacrées bottes”, a-t-elle dit en regardant Erica de haut en bas, “et je vais pardonner le fait que tu ne sois pas venue à Dawntee’s Inferno pour le seul mérite de posséder une paire de bottes aussi sexy.”

“Je suis désolée de ne pas être venue à ton spectacle…” commença-t-elle faiblement, mais Dawntee la fit taire.

“Je comprends. Ce n’est pas ta tasse de thé. Alors dis-moi ce que je peux faire pour toi et ces bottes ce soir ?”

Erica a pris une profonde inspiration. “J’ai besoin d’un homme.”

Les yeux de Dawntee se sont agrandis. “Chérie, ne le faisons pas tous. Juste pour ce soir ?”

Erica a hoché la tête.

“Eh bien alors,” dit Dawntee en souriant, “Ces bottes sont un merveilleux choix, dans ce cas.”

“Mais je n’ai que les bottes.”

Sa voisine l’a étudiée pendant un moment puis s’est levée, tirant Erica par la main. “Viens avec moi.”

Et c’est ainsi qu’elle s’est retrouvée dans une chambre tout droit sortie de la maison de rêve de Barbie, fixant un mur de portants roulants remplis de vêtements magnifiques. Il y avait du satin, des paillettes, de la mousseline et des paillettes à profusion, toutes les couleurs de l’arc-en-ciel, une confection de vêtements magnifiques conçus pour assommer un homme.

“Bienvenue dans mon dressing”, a dit Dawntee en balayant fièrement sa main. “Tu es venue au bon endroit.” Elle a fouillé dans un rayon, puis dans un autre, puis a sorti un morceau de tissu magenta en boule pas plus grand qu’un maillot de bain et l’a brandi triomphalement. “Je n’arrive pas à croire que c’était si facile à trouver. Tu ne peux pas envisager autre chose, pas avec ton cul.”

“Qu’est-ce que…” L’esprit d’Erica a vacillé. C’était sûrement un accessoire, pas un vêtement.

“Je veux que tu l’essaies et que tu te regardes ensuite.”

“Mais je ne porte rien sous cette robe”, a-t-elle protesté, rougissant légèrement.

Dawntee a souri. “Tu ne peux pas non plus porter quelque chose sous cette robe. Fais-moi confiance. Maintenant mets-la.”

Erica se tortilla dans la robe en Lycra, remontant les bretelles sur ses seins et faisant descendre l’ourlet sur ses hanches. Elle dégageait à peine ses fesses. Et déjà, elle pouvait voir le changement dans son apparence. La couleur était parfaite sur elle, flattant ses cheveux foncés et son teint doré. Le Lycra aspirait tout et semblait en quelque sorte remonter ses fesses, car elles semblaient soudain rondes et juteuses. La jeune femme s’est pomponnée dans le miroir une minute, puis Dawntee a tapoté la chaise de sa coiffeuse.

“Viens, on va finir.”

Avec divers outils de coiffure et de superbes palettes de maquillage, Dawntee a travaillé pendant ce qui semblait être de simples minutes avant de diriger Erika vers le miroir en pied. “Va voir”, a-t-elle demandé, et Erika s’est lentement levée et a marché vers le miroir.

Avec ses cheveux brillants, ses yeux charbonneux et sa moue sensuelle, elle avait l’impression d’être faite uniquement pour le sexe. Erica s’est préparée et s’est pavanée devant le miroir, se prenant sous tous les angles. Elle a admiré ses seins effilés et le gonflement de son cul, les contours de ses cuisses et la façon dont son monticule pubien ressortait de la veine qui les séparait. Elle a pris la pose dans le miroir, jeté ses cheveux par-dessus son épaule et s’est étonnée d’elle-même. De la version d’elle qu’avait Dawntee.

“Comment as-tu fait ça ?” a-t-elle haleté.

“Chérie, je ne fais que ça dans ma chambre depuis que je suis tout petit. Je te montrerai certains de mes trucs une autre fois. Pour l’instant, tu ferais mieux d’enfiler ces bottes – il ne te reste que quelques heures avant le dernier appel, et tu dois te rendre là où se trouvent des hommes.”

“Ammermon’s ?”

Dawntee lui a jeté un regard méprisant. “Chérie, non, pas chez Ammermon. Non, sauf si tu veux qu’un ouvrier fauché t’achète une canette de Budweiser et te perce pendant quatre minutes à l’arrière de sa Taurus avant de rentrer chez lui retrouver sa femme et ses marmots hurlants. Tu dois aller quelque part où tu peux trouver un homme avec de l’argent à dépenser qui peut te faire passer un bon moment.” Elle a souri sournoisement. “Si tu es vraiment dans le besoin, alors tu dois venir avec moi à Pogo, car je connais des gens et je peux faire quelques présentations.”

Erica a dû avoir l’air inquiète, car Dawntee l’a regardée et a éclaté de rire. “Oh, chérie, pas pour te prostituer ! Non, chérie, quelque chose d’un peu plus subtil. Juste une introduction. Comme ceci. ‘Monsieur Big, voici…'” Elle a regardé Erica avec impatience.

“Erica”, a-t-elle dit, un peu blessée que Dawntee ne connaisse pas son nom.

Dawntee a roulé des yeux, pas méchamment. “Ma chérie, c’est une boîte de nuit. Tu es là pour du sexe occasionnel. Tu n’as pas besoin de donner ton vrai nom. Invente-en un. Et ne te vexe pas, mais pense à quelque chose de sexy.”

“Ok, je serai… hummm…”

“Lola”, dit fermement Dawntee. “Ce soir, ton nom est Lola”.

Erica a ri. “Mais c’est ridicule ! Je ne peux même pas dire ça en gardant un visage impassible. Personne ne s’appelle vraiment Lola.”

“Regarde-toi une minute”, insiste doucement Dawntee. Erica a regardé ses propres courbes soudainement pulpeuses et son visage maquillé. Et puis elle a regardé les bottes. “‘Monsieur Big’,” a insisté Dawntee, “‘Voici mon amie…'”

“Lola”, a soufflé Erica, sentant son cœur commencer à battre la chamade.

*****

Le club était comme un aquarium de belles personnes, toutes parfaitement habillées pour afficher leurs meilleurs atouts. Erica s’était sentie comme un cygne à la maison, mais lorsqu’elle s’était faufilée à travers la foule, sa confiance était un peu effacée. Comparée à beaucoup de ces femmes, elle était une tentative désespérée, une petite fille jouant à se déguiser. Mais elle était déterminée à tirer le meilleur parti de sa soirée. Le simple fait de porter les bottes en public était un début, se disait-elle. C’était plus loin qu’elle ne l’avait fait auparavant. Qui savait ce que la nuit lui réserverait ?

Dawntee connaissait tout le monde là-bas et elle a présenté Erica à plusieurs personnes. Il y avait un homme d’affaires plus âgé nommé Dan (elle parie que c’était son vrai nom) qui s’est instantanément attaché à elle, prenant sa main dans la sienne d’une manière familière et excitante mais peut-être pas encore ce dont elle avait besoin. Dawntee l’a poussée dans la direction de Dan et elle a dansé un peu avec lui, profitant du buzz de la boisson et de la chaleur de son corps pressé contre le sien. Il était si grand qu’il l’éclipsait presque, la quarantaine passée, les cheveux clairsemés mais, d’après ce qu’elle pouvait voir, une queue substantielle dans son pantalon. Elle se demandait comment il se sentirait, ce qu’il voudrait qu’elle fasse, s’il lui ferait faire des choses qu’elle n’avait jamais faites auparavant. Son pouls s’est emballé alors qu’elle envisageait de lui dire non et de le laisser la saisir et la prendre quand même, un homme habitué à faire ce qu’il veut, qui n’avait pas l’habitude que les femmes disent non, qui prenait ce qu’il voulait. Sa chatte était soudainement humide quand elle a réalisé qu’il ne s’agissait pas seulement d’un homme, mais aussi d’un jeu, d’une lutte de pouvoir. C’est ce dont elle avait besoin ce soir.

Mais ensuite, Dan est allé parler à des amis et Dawntee lui a présenté Xavier. C’était un barman, de son âge, d’une beauté presque cruelle. Il la dévorait des yeux et il était facile d’imaginer ce qu’il ressentirait en la pilonnant dans le matelas. Il avait une bouche pulpeuse et mordante et les dents les plus blanches qu’elle ait jamais vues, un contraste avec sa peau sombre. Son ethnicité ambiguë le rendait encore plus exotique et sexy ; il avait des yeux de velours et était musclé, avec un poil de crête magnifiquement cultivé qu’elle l’imaginait frôler l’intérieur de ses cuisses. Il se déplaçait comme un animal à l’affût.

“Est-ce que ce sera Dan ? Ou celui-là ?” dit Dawntee à son oreille.

Erica n’a pas répondu. Celui-là, a crié son esprit, mais elle s’est contentée de le fixer, et après quelques instants de conversation, Dawntee s’est excusée et Erica est restée avec ce dieu viril, son corps entier bourdonnant d’anticipation.

“J’habite à l’étage”, a-t-il dit en prenant sa main. Elle a acquiescé en sourdine et l’a suivi, sa main entourant son poignet alors qu’il la guidait vers la sortie de secours. Elle l’a regardé se déplacer dans la foule, tout en nerfs et en sexe, et son aine s’est contractée par anticipation. Sa chatte était si mouillée qu’elle pouvait sentir l’humidité en marchant.

Quand ils sont arrivés à la porte, il a tenu sa tête et l’a embrassée sans dire un mot, sa langue glissant entre ses lèvres, goûtant sa bouche comme s’il profitait d’un délicieux festin. Elle a gémi contre lui et il l’a attrapée par les fesses et a écrasé sa queue contre son monticule à peine dissimulé. Ses doigts ont creusé dans ses larges joues de cul alors qu’il la pressait contre lui, chaude, volontaire et en manque d’affection. Il a gloussé dans sa gorge et a glissé une main dans le haut de sa robe. Il lui a pincé le téton et elle a haleté et répondu en l’embrassant à son tour avec un abandon total, ses doigts atteignant entre eux pour saisir son érection à travers son jean. Il était massif et elle l’a malaxé de toute sa main, souffrant qu’il l’emmène à l’étage et le mette en elle mais ne voulant pas rompre le délicieux contact. Puis il a déverrouillé la porte de la cage d’escalier et l’a fait passer, la verrouillant derrière eux.

*****

Xavier l’avait vue tout de suite. Elle se distinguait dans la savane prédatrice du club, une gazelle effrayée malgré sa tentative à la con d’habiller le rôle. La robe, qu’il admirait parce qu’elle l’enveloppait comme de la peinture corporelle, la mettait clairement mal à l’aise, et ces bottes – Christ, ces bottes la portaient, c’étaient les bottes d’une autre femme, et pourtant la pensée d’elle nue, la juxtaposition de ces yeux innocents qui le regardaient tandis qu’il tenait ses chevilles recouvertes de cuir… Sa bite a remué dans son jean à la pensée agréable de la baiser en ne portant que ces bottes de salope. La baiser, l’utiliser et la rendre à la fois satisfaite et désolée qu’elle soit venue dans son club en portant un costume aussi ridicule alors qu’elle pouvait à peine tenir ses promesses.

Ses yeux ont parcouru le club alors qu’elle se tenait immobile à côté de Dawntee, et il a pris chaque centimètre d’elle. Des yeux sombres, grands et liquides. Trop de maquillage pour les yeux, mais cela lui donnait un petit quelque chose de salope en plus, et il s’effaçait sur ses draps, ce qui le ravissait toujours. Une douce moue de bouche qu’il imaginait enveloppant sa queue. Des cheveux longs et brillants, également foncés, assez pour les tirer pendant qu’il la baisait. Des seins volumineux, un joli bonnet C selon son jugement, et un cul très galbé qui arrondissait le bas de la robe. De belles cuisses épaisses à peine visibles entre le bout de cette robe courte et le haut de ces bottes à hauteur de cuisse. Elle avait l’air douce et robuste et légèrement vulnérable, et sa queue s’est encore durcie à l’idée de corrompre cette bonne fille, de lui donner ce dont elle avait clairement besoin mais qu’elle n’avait jamais eu, de lui faire perdre le contrôle.

Il l’a regardée parler à Dan, danser avec lui. Son patron, le propriétaire de ce club, était un homme puissant et pouvait envoyer une bonne baise à une femme mais il aimait le frisson de laisser quelqu’un d’autre faire le repérage. C’était un jeu auquel ils jouaient ; Dan acceptait que Xavier (qui était le gérant du club et pas, comme beaucoup le pensaient, juste un barman) soit le plus bel homme et l’utilisait souvent comme appât, surtout avec les jeunes femmes. Parfois ça marchait, parfois non ; si une fille n’était pas disposée à le faire, Dan était assez heureux de regarder Xavier la baiser à sa place pendant qu’il profitait du spectacle à distance, caressant sa propre bite de taille importante pendant que la femme de la soirée se perdait dans l’acte de se faire servir de manière experte par le jeune dieu. Mais d’autres fois, les meilleures, ils ont partagé une femme qui était vraiment dans le besoin, une fille affamée, qui savait quelle opportunité rare c’était d’être baisée par deux hommes virils qui comprenaient qu’il s’agissait d’une vraie femme et qui poussaient les limites juste assez, juste assez pour l’épater et dépenser son corps sans franchir cette ligne.

Xavier a calculé qu’elle pourrait être une de ces femmes. Il a regardé Dan la tirer plus près, la presser contre lui, caresser ces délicieuses fesses d’une grande main. Il l’a vue secouer ses cheveux, se pencher vers elle, prendre une grande gorgée de sa boisson et sourire lorsque Dan lui a parlé à l’oreille, sa bouche contre le lobe de son oreille. Elle s’est un peu tortillée, pas avec nervosité, il a deviné, mais avec chaleur. Avec un désir inassouvi. Et lorsqu’il a établi un contact visuel avec Dan de l’autre côté de la piste de danse, il a hoché la tête, et Dan lui a fait un sourire de loup, et s’est retourné vers son doux prix.

*****

Dans la cage d’escalier, Xavier l’a arrêtée et a glissé sa main entre ses cuisses. Erica a gémi doucement lorsque ses doigts ont été accueillis par le côté lisse et non protégé de sa chatte.

“Oh, je vais baiser cette chatte mouillée”, a-t-il murmuré, les yeux sombres de convoitise, ses doigts glissant paresseusement d’avant en arrière, glissant sur son clitoris et replongeant dans sa fente flamboyante, tout en faisant glisser sa bouche sur le côté de son cou, frappant tous ses points secrets, la faisant gémir et se cambrer dans ses lèvres. Elle fondait sous son contact, elle n’avait jamais été touchée comme ça, elle voulait qu’il la pousse sur les escaliers sales, qu’il remonte sa robe et qu’il la baise là, avec les escaliers métalliques froids qui lui pressaient le cul, qui lui pressaient le dos. Elle avait envie qu’il la remplisse, qu’il l’étire, qu’il la fasse supplier, qu’il lui donne tout mais qu’elle en redemande encore.

“Tu aimes ça, Lola ? Tu me veux dans ta chatte humide et juteuse ?” Elle a hoché la tête et gémi lorsque son pouce a survolé son clito, puis l’a effleuré exprès.

“Ma bite va être dans cette chatte chaude, n’est-ce pas, Lola ?”

Elle a haleté et s’est accrochée à son poignet, le maintenant là, hochant la tête et gémissant jusqu’à ce qu’il couvre sa bouche avec la sienne et dévore ses gémissements avec ses lèvres et sa langue. Quand il s’est retiré, il a retiré ses doigts de sa chatte dégoulinante et les a tendus vers son visage où elle a obéi, sans même qu’il dise un mot, les a aspirés dans sa bouche, le regardant dans les yeux pendant qu’il les poussait contre sa langue. Elle a savouré le goût de son propre besoin, l’odeur musquée d’elle-même sur toute sa main alors qu’il la nourrissait de son excitation.

“Espèce de sale pute”, a-t-il grogné, apparemment satisfait, sa propre respiration étant moins forte maintenant, sa queue se tordant contre le devant de son jean. Sans même y réfléchir à deux fois, elle s’est mise à genoux et a pressé son visage contre son entrejambe tendu, frottant sa joue et sa bouche sur la tension de son pantalon. “Oh, Lola, je vais baiser ton visage”, a-t-il murmuré, la pressant contre lui. Elle s’en fichait. Elle espérait qu’il baiserait son visage ; elle espérait qu’il dézipperait et fourrerait sa grosse bite dans sa bouche et l’étoufferait avec. Elle s’imaginait être bâillonnée par cette bite, mais en avoir encore envie, la violence de l’acte la rendant incroyablement humide.

Xavier l’a tirée de ses genoux et l’a conduite en haut des escaliers. Son cœur battait la chamade à cause de son envie, de l’attente de la bite de Xavier et de son manque absolu d’intérêt pour sa sécurité, sa dignité ou quoi que ce soit d’autre que de se faire bien baiser. Elle est entrée dans l’appartement derrière lui et il s’est tourné vers elle et l’a embrassée à nouveau, plus doucement cette fois mais avec la même urgence. Il a pris le temps de goûter ses lèvres avant de grignoter son cou et de passer sur sa clavicule. Puis il l’a tournée et a effleuré sa bouche sur son omoplate exposée. Elle a soupiré et a pressé ses fesses contre lui, se rappelant de sa taille délicieuse. Ses doigts se sont de nouveau glissés dans le haut de sa robe, mais cette fois, il a tiré impatiemment sur l’étoffe vers le bas et s’est ensuite accroché à l’un de ses tétons, le faisant rouler puis le pinçant entre ses doigts. Le gémissement qui s’est échappé de ses lèvres était plus fort qu’elle ne l’avait prévu, mais Xavier a souri et lui a parlé doucement à l’oreille, “Putain, j’adore t’entendre gémir comme ça. Tu en as vraiment envie, n’est-ce pas, petite salope excitée ? Tu as besoin de ma queue.” Avec son autre main, il a remonté la robe sur ses hanches de sorte qu’elle semblait n’avoir rien d’autre que ses bottes et un peu de tissu emmêlé autour de sa taille.

Il l’a poussée contre le dossier de son canapé. “Penche-toi”, ordonna-t-il d’une voix rauque, tout en poussant son genou entre ses cuisses. Il n’avait pas besoin de se donner la peine. Elle était déjà en train d’écarter les jambes de son propre chef, de lancer son cul rond et crémeux en l’air alors qu’elle drapait son torse à l’arrière du canapé.

Il s’était à peine dézippé et claquait sa queue contre son cul comme s’il donnait une fessée à un enfant méchant. Chaque fois qu’un coup de velours la frappait, elle se cambrait et gémissait, “Oh, oui… oui…”. Elle avait mal pour qu’il entre en elle et qu’il arrête de la taquiner avec sa bite géante. Elle s’est enfoncée davantage sur le canapé, son cul encore plus haut. Elle l’a entendu déchirer l’emballage d’un préservatif et elle a remué son cul par anticipation. Quelques secondes plus tard, il avait le bout de sa bite en elle.

Et là, il s’est arrêté, la narguant de manière exaspérante avec une pénétration aussi minime.

“Xavier… Xavier…” elle a essayé de reculer, mais il l’a maintenue fermement, se balançant légèrement pour continuer à plonger un maigre centimètre en elle, puis se retirant jusqu’à ce qu’il soit presque sorti d’elle. Il a gloussé alors qu’elle luttait pour l’avaler dans ses profondeurs, se débattant contre sa force inflexible, sa chatte devenant de plus en plus juteuse, son excitation commençant à s’infiltrer à l’intérieur de ses cuisses.

“Prête à supplier ?” a-t-il demandé doucement, et elle a répondu : “Oui, oui, Xavier, j’ai besoin de ta queue, j’en ai besoin jusqu’au bout en moi, s’il te plaît… s’il te plaît…”

“C’est un début”, a-t-il encouragé, en passant la main sous elle et en serrant ses doigts autour d’un de ses mamelons durs, le saisissant sans pression.

“J’ai besoin… j’ai besoin… je – baise-moi, Xavier, s’il te plaît !” Il a gloussé et a fait rouler le téton entre ses doigts, ce qui l’a fait cambrer le dos et haleter doucement, “Oh, mon Dieu, oui…”. Elle était perdue dans la sensation des petits chocs dans sa chatte chaque fois qu’il pressait ses doigts l’un contre l’autre, de la façon dont sa chatte palpitait en réponse à la double sensation de son toucher sur ses seins et de la tête de sa bite logée dans son ouverture lisse. Et avec son autre main, il a tenu ses cheveux et l’a embrassée en retour et elle a été vaincue. Elle ne savait pas où concentrer son attention, alors elle s’est abandonnée à tout cela, miaulant, se tordant et s’effondrant presque sur le dossier du canapé à l’entrée de son appartement, perdue dans son propre besoin et ce tsunami de sensations.

*****

Xavier espérait que Dan se dépêcherait, car il ne pouvait pas se retenir beaucoup plus longtemps, et ne le ferait pas non plus. Lola était chaude et il était prêt à lui donner ce que deux hommes pouvaient faire à lui tout seul. Il doutait qu’elle puisse supporter ce qu’ils avaient à lui offrir et espérait secrètement que Dan ne se montrerait pas. Mais il a entendu les pas dans les escaliers, le son mesuré de l’arrivée de Dan, et il a pris une profonde inspiration et a profité des dernières secondes seul avec elle. Il était excité à l’extrême ; le fait de la taquiner le rendait tout aussi dur pour lui, mais en plus de devoir attendre Dan, il était conscient que s’il se permettait de plonger dans ses profondeurs chaudes et serrées, il serait fichu. Il s’est plutôt concentré sur la soie de sa poitrine, la texture fine de son dos, le son de sa respiration.

Un clic de la serrure lui indiqua que Dan était entré, mais elle ne semblait pas au courant. Il a glissé un peu plus profondément en elle et elle a laissé échapper un long gémissement, puis il l’a tirée contre lui par les cheveux, sa queue en elle à moitié. Elle s’est tortillée pour continuer la pénétration mais il l’a maintenue fermement.

“Tu veux que je te baise, Lola ?”

Elle n’a fait que gémir en réponse. Ses yeux étaient serrés et elle se mordait la lèvre, la légère douleur aiguë de ses cheveux tirés étant la seule autre sensation dont elle était consciente à part sa bite en elle.

“Dis-moi.”

“J’ai besoin de ta bite”, a-t-elle imploré, “J’ai besoin de ta grosse bite en moi, Xavier, ma chatte est si humide, si humide, et j’ai besoin que tu me baises, je veux que tu me la donnes fort… et profond… et ne t’arrête pas quand je jouis parce que je veux que tu continues à me baiser…” Elle s’est affairée sur la demi-bite qu’il lui avait donnée, et il a entendu le bruit de clapotis lorsqu’elle a bougé sur lui, délicieusement dégoulinante, son corps frémissant du besoin d’être baisée et de jouir.

“Nous allons retourner dans ma chambre”, a-t-il dit doucement, “Et Dan va venir avec nous. Tu m’entends ?” Elle a acquiescé rapidement, les yeux toujours serrés, ne semblant même pas enregistrer le son de Dan qui se dézippait. Dan tenait sa queue charnue dans sa main et la caressait en regardant Erica se débattre sur la queue de Xavier, coincée sur le canapé par ses hanches maigres, son dos tiré comme un arc par son poing autour de ses cheveux. Ses yeux brillaient tandis qu’il la regardait, glorieusement rougissante et prête.

“Quand nous serons de retour là-bas, l’un de nous va baiser ta douce chatte humide. Et l’un de nous va mettre sa grosse bite dans ta bouche et tu vas la sucer. Tu m’entends, Lola ? C’est ce que tu veux faire, petite salope excitée ? Tu veux te faire sucer par deux gars en même temps ?”.

Elle hochait la tête autant qu’elle le pouvait avec ses cheveux tenus si fermement. Elle ne s’en souciait même pas ; ils auraient pu amener deux hommes de plus, cinq hommes, dix hommes. Sa chatte lui faisait mal et sa peau était en feu et elle avait besoin… elle avait besoin…

Une claque sur son cul l’a sortie de sa rêverie. Erica a regardé devant elle alors que Xavier la faisait marcher dans le couloir jusqu’à son lit massif, maquillé comme une vitrine. Pendant une brève seconde, elle a eu l’impression d’être à l’intérieur d’un film, mais ce n’était qu’une pensée fugace et les élans de luxure de son propre corps étaient plus importants.

Et puis elle était sur le lit, Xavier remontant la robe sur sa tête pendant qu’elle tendait les bras comme un enfant obéissant.

“Jésus-Christ”, a juré Dan doucement, son pantalon étant maintenant autour de ses chevilles pour qu’il puisse attraper et presser ses couilles pendant qu’il regardait Xavier passer ses mains sur son corps nu. La bite de Dan était gonflée et violette, luisant au bout avec du pré-cum, et il gémissait pour lui-même en pompant lentement dans son poing.

“Tu devrais la goûter, Dan… Elle a la chatte la plus douce que j’ai jamais goûtée.” Xavier a rapproché Erica pour un baiser profond et a ensuite murmuré contre sa bouche, “Fais goûter à Dan.”

Sans protester, elle a glissé sa main entre ses cuisses et s’est pénétrée avec ses propres doigts, se balançant pendant une seconde contre son propre toucher. Puis elle a tendu ses doigts luisants vers le visage de Dan et il a inhalé, fermé les yeux et gémi en aspirant ses doigts profondément dans sa bouche. Elle s’est délectée de la sensation de sa bouche chaude autour de ses doigts, et il a continué à sucer, sucer, sucer pendant qu’il caressait sa queue.

“Peut-être qu’il devrait vraiment te goûter”, a dit Xavier, assez fort pour que Dan l’entende par-dessus ses propres gémissements silencieux. Ses yeux se sont ouverts et il a regardé Erica, qui a hoché la tête. Xavier l’a lâchée et elle s’est allongée sur le lit, les genoux en l’air, les talons enfoncés dans le matelas, les bottes en cuir noir brillant étant la seule chose sur son corps. Dan s’est mis à genoux au pied du lit et s’est positionné entre ses cuisses, ses yeux noirs et concentrés sur sa chatte. Sous le regard d’Erica et de Xavier, il a abaissé sa bouche vers sa chatte dégoulinante et a écarté ses délicates lèvres roses avec ses pouces. Erica a haleté et sa tête est retombée sur le lit, ses yeux se sont fermés, son dos s’est arqué. Ne voulant pas être laissé de côté, Xavier a pris un de ses tétons dans sa bouche et l’a sucé, poussant maintenant ses propres doigts entre ses lèvres.

Elle a sucé avec tant d’ardeur, gémissant pendant que Dan lui léchait la bouche, que Xavier a rapidement lâché son téton et retiré ses doigts de sa bouche. Erica a fait une belle moue et il a murmuré : “Ne t’inquiète pas, je remplirai à nouveau cette bouche bien assez tôt”. Il a enlevé le préservatif de sa queue, s’est agenouillé au-dessus d’elle à la place et a pressé la tête suintante contre ses lèvres. Elle l’a aspiré avec avidité, le prenant dans sa bouche et l’aspergeant avec abandon. Elle aimait son goût, sa sensation dans sa bouche, la chaleur de sa chair veloutée et le goût salé de son pré-cum, le tressaillement de sa queue raide, tout cela était primal et touchait un endroit profond en elle.

Elle servait deux hommes. Son cerveau l’a enregistré, mais cela a traversé son esprit et est ressorti de l’autre côté sans aucun jugement. Elle en avait besoin, son corps en avait besoin, elle serait baisée ce soir et elle jouirait et ils jouiraient et c’est tout ce qui comptait. Elle a pensé à eux deux l’éclaboussant de leur sperme et elle a frémi un peu, ce qui a fait heurter le nez de Dan contre son clito et l’a fait gémir autour de la queue de Xavier. Il a grogné avec reconnaissance et s’est enfoncé plus profondément dans sa gorge et elle a de nouveau tout oublié sauf son propre plaisir.

*****

Xavier a maintenu sa queue en place et a bercé sa tête pour lui faciliter la tâche, et elle l’a dévoré en gémissant doucement contre sa chair turgescente, que ce soit à cause de la joie de le sucer ou du plaisir de la bouche de Dan sur sa chatte. Il ne savait pas et ne s’en souciait guère ; elle était en extase, et ça, il le savait. Elle était plus chaude et plus agréable qu’il ne l’avait même rêvé, elle n’était pas du tout la naïve giroflée qu’il avait vue sur la piste de danse. Il adorait quand les bonnes filles se déchaînaient ; c’était sa surprise préférée. Souvent, elles étaient juste dociles, aimaient ça mais ne le possédaient pas. Mais Lola, Lola était différente. Il avait le sentiment que s’ils la laissaient faire, elle pourrait vraiment se laisser aller. Il espérait qu’elle le ferait. Elle suçait sa queue comme s’il n’y avait pas de lendemain, s’en gavant, et les vibrations de ses gémissements allaient le faire jouir. Jésus, elle était bonne. Mais il ne voulait pas jouir, pas encore, pas en premier. Il s’est retenu de serrer sa tête et de simplement baiser son visage, ce qu’il avait envie de faire. Il a pris une grande inspiration, a retiré sa queue de sa bouche et a commencé à la tracer le long de ses lèvres, comme s’il appliquait du rouge à lèvres. Elle le cherchait frénétiquement avec sa langue, incapable de se concentrer pour le trouver, et il a réalisé qu’elle était proche de l’orgasme. Sa poitrine se soulevait et elle balançait la tête d’avant en arrière en gémissant, “Oh…oh fuck…oh fuck…”. Il s’est retourné et a vu le visage de Dan barbouillé de son jus, sa langue faisant des cercles furieux autour de son clito, et juste à ce moment-là, il a glissé un doigt en elle et elle s’est cambrée et a crié.

“Oui !” a-t-elle crié, “Oh, putain, oui !”. Elle a ouvert et refermé ses jambes autour de la tête de Dan, comme des ailes de papillon en cuir verni. Xavier regrettait de ne pas avoir mis sa queue dans sa bouche à ce moment-là, mais il savait qu’il aurait joui s’il l’avait fait. Il s’est contenté de la regarder, la magnifique rougeur de son visage, de son cou et de sa poitrine alors qu’elle se secouait, se trémoussait et attendait son orgasme. Elle était glorieusement désinhibée, criant, se laissant aller, s’abandonnant à cela.

À l’autre bout du lit, Dan s’essuyait la bouche avec un bras en manchette et se masturbait furieusement avec sa main libre, soufflant et rougissant. Il a fait un bruit d’étranglement puis s’est étouffé et a soufflé sa charge sur tout son ventre, plusieurs cordes collantes l’éclaboussant.

Et sous le regard de Xavier, elle a étalé rêveusement le sperme de Dan sur sa poitrine et dans sa peau, ses jambes s’ouvrant et se refermant toujours comme en rythme avec les contractions de sa chatte. Le sperme visqueux de Dan s’est accumulé dans son nombril et a dégoutté le long de ses côtes jusqu’au lit et s’est infiltré dans la bordure de ses poils pubiens. Putain, il ne pouvait pas le croire, rien dans ce moment n’avait de sens. Elle était entrée dans son appartement comme une fille timide jouant à se déguiser pour ressembler à une mauvaise fille, et maintenant elle était comme une putain de star du porno. Ses couilles lui faisaient mal et il s’est caressé malgré sa décision précédente d’attendre.

Elle a ouvert les yeux et l’a regardé, droit sur lui, ses yeux effrontés de luxure, et elle a ouvert la bouche, frottant ses seins en le regardant se caresser, attendant de recevoir son sperme. Cela n’a pas pris longtemps ; il l’a vite senti bouillonner et il a serré les dents et l’a prévenue, “Lola… je jouis… prends-le…”. Il a pointé sa queue vers ses lèvres et a enfoncé la tête juste à temps ; elle a gémi de plaisir et l’a pris dans sa bouche chaude qui attendait. Il l’a regardée avaler son sperme, encore poisseux du sperme de Dan et frissonnant de son propre orgasme et il était submergé de pensées contradictoires. Il était reconnaissant, lascif et tendre et pourtant repoussé et violent envers elle. Il se sentait étrangement vulnérable et avait envie de la serrer dans ses bras et de lui faire mal en même temps.

Au lieu de cela, il l’a laissée sur le lit avec son sperme dégoulinant dans sa gorge et il a dit au revoir à Dan, qui avait clairement fini de faire la fête. “Réunion tôt demain”, a-t-il dit en guise d’explication, mais ses yeux ont dit à Xavier qu’il avait été tout aussi surpris – et à un certain niveau peut-être déçu – par sa voracité. Il s’est lavé le visage et les mains et est sorti pendant que Xavier allait chercher une bière.

*****

Erica savait qu’elle aurait dû se sentir honteuse, mais au lieu de cela, elle s’est sentie – puissante. Désirable. Libre. Elle avait pris deux hommes en même temps et cela avait été incroyable pour elle. Dan avait une bouche habile et elle n’avait jamais joui aussi fort d’une fellation de toute sa vie. Ses derniers petits amis étaient hésitants, mais Dan s’y était mis comme un sanglier à la recherche d’une truffe, et son enthousiasme à dénicher son orgasme combiné au frisson du toucher de Xavier l’avait facilement fait basculer. Et même s’ils n’avaient pas joui tous les deux sur elle en même temps comme elle l’avait fantasmé, ils avaient tous les deux joui. Elle était une salope immonde qui laissait deux gars la prendre comme ça, comme l’a dit Xavier, une petite salope avide de bite.

Et le visage de Xavier quand elle l’a avalé était une vision dont elle se souviendrait toujours, un homme comme lui submergé par la luxure pour elle, vulnérable à ce moment-là. Il était un dieu et elle aurait fait n’importe quoi à ce moment-là pour lui et le ferait encore. Elle a frotté sa peau poisseuse langoureusement et a soupiré, se demandant où il était passé. Elle a voulu qu’il revienne et la touche encore un peu, ses touches magiques. Sa peau brûlait encore pour lui. L’orgasme n’était qu’un simple amuse-gueule. Elle voulait plus de lui. Elle s’est dirigée vers la salle de bain, encore étourdie et légèrement ivre et excitée.

Quand elle est ressortie, il avait une bière pour lui et un verre d’eau glacée pour elle, qu’elle a accepté avec reconnaissance et bu sans un mot. Elle s’est sentie légèrement mal à l’aise assise sur son lit en train de boire de l’eau alors qu’il y a quelques instants, elle se prélassait sur sa queue, mais il lui a souri gentiment et elle a cessé de se sentir bizarre à ce sujet. Ils étaient là pour la même raison. Il s’est assis à côté d’elle et a fait rouler la bouteille de bière sur son bras et sur son mamelon, qui s’est froncé instantanément. Elle l’a regardé et il a posé la bouteille et l’a embrassée.

Puis ils se sont roulés sur le lit, leurs boissons associées sur la table de nuit pendant qu’ils se tripotaient et s’empoignaient. Il l’a retournée sur le ventre et a embrassé la longueur de son dos et elle roucoulait sous ses ministrations. Sa queue était à nouveau dure et appuyait avec insistance sur sa cuisse tandis qu’il la mordillait, la léchait et l’embrassait, le long de sa colonne vertébrale et dans les creux à la base de son dos et sur ses fesses rebondies. Elle a gémi et écarté les jambes et il a plongé sa langue entre ses joues de cul. Son entrée froncée avait le goût de ses jus qui avaient coulé de son orgasme et il les a mangés dans son cul, en la sondant avec sa langue. Personne n’avait jamais fait ça avant et elle a été surprise de voir à quel point elle aimait ça, la saleté de la chose et la sensation de sa langue et comment elle s’y abandonnait volontairement. Elle était de nouveau humide, ou encore, sa chatte palpitait alors qu’il dévorait son cul.

*****

Quand il a tiré ses hanches vers le haut et l’arrière, elle s’est facilement mise à quatre pattes. Putain, elle le voulait, la petite salope sexy. Il a fouillé dans la table de nuit pour trouver un autre préservatif et l’a habilement roulé sur son érection. Il s’est glissé à l’intérieur d’elle et a coulé jusqu’aux couilles, l’embrayage joyeux d’elle lui donnant la chair de poule et faisant se dresser les cheveux sur sa nuque. Elle était délicieusement serrée et n’avait clairement pas été baisée depuis un moment, mais il avait l’intention d’y remédier. Il a pompé en elle avec de longs coups doux, tapant contre son col de l’utérus et aimant ses petits cris de plaisir lorsqu’il a touché le fond en elle. Elle s’est balancée contre lui, gardant facilement le rythme, rejetant ses cheveux en arrière pour qu’ils plument sur son dos doré. Xavier a tenu ses épaules et l’a chevauchée avec force, enfonçant ses doigts dans sa peau tendre, la punissant avec sa queue, pour l’avoir fait jouir si facilement, pour avoir confondu sa tête. Il a serré la mâchoire et a scié en elle, la laissant supporter son poids qu’elle portait aisément. Elle criait sous lui, gémissant son nom, lui disant combien il était incroyable en elle, le suppliant de la baiser plus fort. Et il a fait ce qu’elle demandait, l’empalant de sa queue, la donnant de tout son être, jusqu’à ce qu’il la sente frémir et perdre l’équilibre, puis il l’a bercée sur le matelas et l’a chevauchée jusqu’à son orgasme tandis qu’elle sanglotait, “Oui…oui, Xavier…oui…”. Elle a eu des spasmes serrés autour de sa queue et il est parti avec elle, sa semence s’échappant de lui et le surprenant par sa force. Il venait de jouir et ne pensait pas être prêt à nouveau, mais sa queue avait d’autres idées. Il l’a respirée, son visage dans ses cheveux odorants alors que son orgasme le faisait entrer dans une chaleur duveteuse, son corps doux sous lui. Et ils sont restés allongés là, tous les deux épuisés, lui de tout son poids sur elle, ses doigts entrelacés dans les siens.

Il n’avait pas envie de se lever. C’était un sentiment des plus étranges. D’habitude, il avait hâte de lever ces filles et de sortir après avoir joui, sauf s’il prévoyait de jouir à nouveau. Il avait joui deux fois et sa queue était encore dure, ou encore dure, bercée entre les joues de son cul généreux. Il ne savait pas s’il en avait une troisième en lui mais il était prêt à essayer. Ses cheveux lui chatouillaient le visage et il s’est blotti dans le creux de son cou.

“Mmmm…” a-t-elle gémi doucement.

“C’est bon ?” a-t-il chuchoté.

“Mmhmm…” a-t-elle soufflé en retour. C’était un échange étrangement intime, considérant qu’il venait de regarder un autre homme lui manger la chatte et la recouvrir de son sperme. Elle n’était pas sa fille, c’était un petit truc idiot qu’il avait sorti du club. Et pourtant. Elle avait quelque chose de différent, d’unique. Elle était vraiment sexy, pas d’une manière désespérée et triste comme le sont tant de ces filles. Il l’avait mal jugée. Elle jouait peut-être à se déguiser, mais elle avait sa place dans ces bottes. Elle était assez sale pour les porter. Et pourtant, il aimait qu’elle ne ressemble pas à ce genre de fille. Elle n’était pas une pute. Pas une vraie salope. Juste une fille sympa avec un côté secret très salope.

“Est-ce que tu…” Il n’arrivait pas à croire qu’il proposait ça, “Est-ce que tu veux prendre une douche ?”.

“Ce serait bien”, a-t-elle dit doucement, souriant timidement à cet homme qui venait de la partager avec un autre homme et de la regarder jouir deux fois. Elle semblait étrangement sobre et fondée. Elle s’est assise et a lentement dézippé les bottes, les laissant tomber sur le sol en libérant ses pieds.

Il s’est occupé d’ouvrir l’eau pour elle et elle est entrée dans la douche, frissonnant de plaisir lorsque l’eau chaude a léché sa peau. Il l’a regardée pendant un moment puis est entré derrière elle. Elle s’est penchée vers lui et il l’a savonnée doucement, faisant mousser chaque centimètre de sa peau avec soin et attention. Il lui a shampouiné les cheveux et elle a gloussé quand il a fait mousser une poignée de nettoyant pour le visage et l’a tamponné sur son nez, puis lui a nettoyé le visage et a essuyé le maquillage de ses yeux avec un chiffon doux.

Elle lui savonnait la queue et les couilles, faisait mousser ses abdominaux, sa poitrine et ses bras bien musclés, un petit sourire sur le visage. Sans son maquillage, elle avait l’air plus jeune, presque fillette, une pincée de taches de rousseur dorées sur l’arête de son nez, un sourire légèrement tordu qui remontait plus dans un coin de sa bouche, des petites oreilles de souris qui dépassaient des côtés de sa tête.

Mais elle avait un corps de femme, c’est vrai, et il appréciait ce moment avec elle, faisant mousser sa peau luisante, la sentant se cambrer sous ses mains, après tout ce qu’ils avaient fait, répondant encore de cette façon à son toucher. Elle était comme un chat, elle suppliait qu’on la touche avec ses mouvements. Il voulait faire courir ses mains le long de son corps toute la nuit. Il l’a attirée pour l’embrasser et elle a sucé sa lèvre inférieure entre les siennes, soudainement affirmée, et sa queue a frémi contre elle. Ils sont restés un long moment sous la douche à s’embrasser sous le jet, leurs bras enroulés l’un autour de l’autre. Puis il a rompu le baiser, s’est éclairci la gorge et a dit, “Je vais… ah… prendre ta serviette”.

Putain. C’était fou qu’il aime vraiment cette fille. Il n’a jamais aimé ces filles, pas vraiment. Elles étaient des marionnettes de baise jetables. Parfois, s’il sortait réellement avec une fille et qu’il en avait marre d’elle, il lui faisait le vieux numéro de Dan et Xavier, juste pour se débarrasser d’elle. Même si elle faisait semblant d’aimer ça au début, elle devenait désespérée à un moment donné et montrait son vrai visage, puis c’était fini. Il en avait un peu honte, mais il ne savait pas pourquoi il devrait l’être. Mais cette fille – en fait, il avait toujours envie de la baiser. Peut-être même plus. Il avait un étrange respect pour une gentille fille qui pouvait posséder sa sexualité et ne pas être toute folle à ce sujet. C’était excitant.

Il l’a enveloppée dans une serviette blanche moelleuse et l’a laissée là pendant qu’il se séchait, puis il a enroulé la serviette autour de sa taille et est allé chercher une autre bière dans la cuisine. Quand il est revenu, elle était en train de secouer le petit bout de robe.

“Tu n’es pas -”

“Tu ne veux pas que je le fasse ?”

Il a secoué la tête et l’a attirée à lui pour l’embrasser à nouveau. Il aimait l’embrasser, c’était tellement bizarre, mais il faisait avec. Il l’a embrassée doucement, tendrement, faisant l’amour à sa bouche avec la sienne. Elle a fait ces petits bruits satisfaits dans sa gorge qui l’ont rendu fou et il l’a conduite au lit, la pressant dessus et étendant son cadre dur et maigre sur elle, appuyé sur ses avant-bras, ses mains dans ses cheveux mouillés. Elle a ondulé sous lui, lui rendant ses baisers, ses mains caressant son dos, ses épaules et ses hanches, s’agrippant à son cul serré puis enroulant ses jambes autour de ses hanches.

Il a attrapé un préservatif dans le tiroir et elle l’a mis sur lui cette fois, le faisant rouler de manière experte sur toute sa longueur, le branlant fermement pendant qu’elle le faisait. Elle a chatouillé le dessous de ses couilles du bout des doigts et sa queue a bondi contre elle, cherchant sa chaleur. Puis il a bougé contre elle, sa queue glissant entre ses lèvres mais ne la pénétrant pas. Ils ont tous les deux apprécié le mouvement glissant de sa bite contre elle, la friction délicieuse de leur contact. Et puis il a glissé en elle. Elle a gémi et sucé son cou alors qu’il s’enfouissait à nouveau en elle, appréciant la façon dont elle le serrait de l’intérieur et enroulait ses jambes si étroitement autour de lui. Elle a gémi et s’est agrippée à son cul alors qu’il se vautrait dans sa chatte chaude.

*****

Erica a gémi d’extase tandis que Xavier bougeait en elle, ses hanches poussant et tournant pour qu’il touche chaque bon point en elle. Elle a atteint de nouveaux sommets d’extase mais n’était pas près de jouir, appréciant plutôt la délicieuse sensation d’être remplie par lui, l’odeur épicée de son eau de Cologne mélangée au goût de sa sueur alors qu’elle mordait son épaule. Elle l’a serré contre elle et a adoré la façon dont Xavier a haleté, ses yeux se fermant alors qu’il appréciait que ses muscles serrent sa queue. “Fuuuckk…” siffla-t-il doucement. “Fais-le encore.” Il a arrêté de pousser et s’est déplacé doucement en elle pendant qu’elle trayait sa queue de l’intérieur, l’agrippant et la serrant pendant qu’il glissait dedans et dehors. Elle était proche, elle était proche, tout ce serrement l’a fait gonfler et bondir à l’intérieur d’elle et son os pelvien appuyait contre son clito pendant qu’il la baisait. Et puis il lui chuchotait à l’oreille : “Oh, Lola, je veux que tu jouisses pour moi comme ça… peux-tu jouir sur ma queue ? Je veux te sentir quand tu jouis sur ma queue, s’il te plaît, Bébé, fais-le. Jouis sur moi.” Sa voix et son souffle sur son cou, sa bite en elle et la pression sur son clito ont rendu difficile de résister à cette demande.

“Oui”, a-t-elle soufflé, “Je peux jouir sur ta queue… baise-moi plus fort, juste un peu plus fort”.

Il a accéléré le rythme juste ce qu’il fallait et était juste assez brutal. Elle a haleté et crié lorsque son orgasme l’a rattrapée par derrière puis l’a submergée, la noyant sous Xavier. Elle a gémi, sangloté et mordillé son épaule en sueur alors qu’il continuait à la baiser, sans jamais se calmer, son propre orgasme étant imminent, enfouissant son visage dans ses cheveux puis se laissant aller, tombant dans le trou après elle, à peine conscient de ses frissons alors qu’il se reposait profondément en elle, épuisé.

Elle est restée immobile sous lui, l’esprit vide et le souffle coupé. Elle était surprise d’avoir connu un orgasme aussi intense après deux orgasmes très puissants, et encore moins avec un étranger. (Deux inconnus, a-t-elle modifié dans sa tête.) C’étaient généralement ses amants qui lui arrachaient ce genre d’orgasmes, pas les hommes qu’elle venait de rencontrer. Mais bon, peut-être qu’elle avait juste rencontré les mauvais hommes. Ou qu’elle avait trop réfléchi au sexe.

Xavier a remué sur elle, son visage en sueur dans le creux de son cou. Elle pouvait sentir son cœur battre dans sa poitrine. Elle s’est sentie étrangement connectée à lui, alors qu’il n’avait été qu’un beau mec dans un bar, un mec avec un corps baisable et une grosse bite, un mec qu’elle avait choisi dans un seul but. Elle s’était sentie à l’aise avec lui même s’il avait amené Dan dans le mélange sans en parler d’abord avec elle (même si elle devait admettre que c’était un plaisir en soi ; elle regrettait seulement de ne pas avoir eu sa bite monstrueuse en elle). Il avait été doux et gentil avec elle sous la douche. Et le désir qu’elle avait pour lui n’a jamais vraiment disparu. Elle avait perdu le fil, mais elle parie qu’avec quelques heures de sommeil, elle aurait tout aussi faim de lui que lorsqu’elle se tordait contre la tête de sa bite au début de la nuit. C’était une sensation étrange.

Et puis Xavier l’a embrassée et elle savait qu’elle devait partir, qu’elle devait sortir de là, mettre de la distance entre eux, donner un sens à tout cela dans sa tête. Il se sentait trop bien et ce n’était pas le plan, il n’était pas le gars, il ne connaissait même pas son vrai nom, tout était faux.

Elle s’est raclée la gorge nerveusement.

“C’est l’heure de te ramener à la maison ?” a-t-il demandé doucement.

Elle a hoché la tête, ne se faisant pas confiance pour parler, de peur qu’elle ne crie “Non, non, laisse-moi rester, je veux que tu me baises encore !”.

Ils se sont levés et elle a mis la robe, qui maintenant se sentait juste contraignante, pas sexy, et les bottes, qui lui tuaient les pieds.

“J’adore ces bottes”, a-t-il admis, et elle a ri.

“Moi aussi. Je suis contente de les avoir enfin portées. Ces bottes ont de la chance.”

“Oui ?” Ses yeux ont pétillé alors qu’il entrait dans son jean et tirait sa chemise sur sa tête. Elle était triste de voir son corps à nouveau couvert.

“Ouais.” Quelque chose passait entre eux, et elle ne savait pas trop quoi, mais elle était fatiguée et ce n’était pas le moment de le découvrir.

Il l’a conduite chez elle et les lumières de la ville étaient magnifiques. Sa voiture était noire et élégante et elle a souri en se souvenant de l’avertissement de Dawntee concernant les ouvriers d’usine avec des Taurus chez Ammermon. Alors qu’elle se blottissait dans le cuir, elle le regardait conduire, ses grandes mains agrippant le volant, sa mâchoire serrée mais sa bouche douce. Elle se souvenait avoir bougé sous lui, l’avoir pris dans sa bouche, s’être abandonnée à lui. Il avait été tout et plus encore cette nuit-là. Elle devrait faire quelque chose de gentil pour Dawntee demain.

Elle a étouffé un bâillement et il a regardé vers elle. Juste un regard rapide, mais il en disait beaucoup. Peut-être que c’était…

Mais non. Ce n’était pas un film hollywoodien. Ils s’étaient rencontrés, chacun avait atteint son but et il la ramenait chez elle après un super coup d’un soir. Elle était trop vieille pour croire à des bêtises. C’était ce que c’était.

Et puis ils étaient devant son immeuble, la voiture ronronnant pour s’arrêter devant la porte.

“Dois-je te raccompagner ? Est-ce que ça ira ?” a-t-il demandé.

Elle a souri. “Merci, c’est gentil. Mais non, je vais bien. Dès que j’aurai franchi les portes, je serai en sécurité.”

“Ok.” Il a pris sa main et l’a embrassée, ses lèvres effleurant ses jointures, ses yeux soutenant les siens. “Encore une chose, alors.”

“Bien sûr.”

“Dis-moi ton vrai nom ?” Il l’a regardée sérieusement, sa main toujours dans sa poigne ferme.

“Erica”, a-t-elle répondu. “C’est Erica.” Elle s’est glissée hors de la voiture avec un sourire, en baissant sa robe en lycra, et a cliqué jusqu’à la porte de son immeuble sur ses bottes de mauvaise fille, en se retournant vers lui une dernière fois et en lui envoyant un baiser par-dessus son épaule avant de se glisser à l’intérieur.

Xavier a souri de derrière les vitres sombres et a mis la voiture en marche.