Trouver des récits et fantasmes candaulistes

Je suis sortie de la douche, j’ai attrapé une serviette douce et moelleuse et je me suis séchée.

Je venais d’accomplir toutes les tâches féminines qu’une femme doit faire lorsqu’elle est sur le point de sortir avec son petit ami, le rasage habituel des jambes, des aisselles et de la chatte. Trouver des récits et fantasmes candaulistes Shane venait m’inviter à déjeuner, c’était notre troisième rendez-vous, et j’avais décidé qu’aujourd’hui était le jour où j’allais le baiser.

Cela faisait plus de douze mois que Rob, mon mari, s’était enfui avec une pute de vingt ans, vous savez le genre, cheveux longs, longues jambes, gros seins et pas de cerveau (bien que je doive dire que celle-là avait en fait un cerveau, elle était son comptable !)

Bref, ce n’est pas que je manquais de sexe, il y en avait beaucoup. J’avais eu quelques aventures d’un soir, mais rien d’assez sérieux pour me donner envie de poursuivre une relation.

Peut-être que j’étais encore sous le coup du départ de Rob.

Après tout, je ne suis pas vraiment laide. À 45 ans, j’ai toujours un joli visage, des cheveux bruns longs comme les épaules, un bon corps, des seins de 95D, une taille fine, des fesses bien formées qui ne se sont pas affaissées (je pense que c’est ma meilleure caractéristique), de longues jambes et une chatte très serrée (mes trois enfants ont tous eu lieu par césarienne, pas par choix, juste parce que la nature l’a voulu ainsi).

Excusez-moi, je m’éloigne du sujet.

Shane était différent, quelqu’un avec qui je pouvais me voir passer beaucoup de temps. Il avait mon âge, était beau, se maintenait en forme, était indépendant et divorcé. Sa femme l’avait quitté pour un homme plus jeune, donc je suppose que nous avions tous les deux quelque chose en commun. Il était très attentif, c’était un gentleman et même si nous parlions de sexe, il ne m’a jamais mis la pression.

Alors aujourd’hui, j’allais le récompenser et le baiser à fond avant d’aller déjeuner !

Si j’étais honnête, je dirais que la vraie raison était que j’étais excitée comme jamais !

En ce moment en webcam sexy

Rob et moi avions eu un bon mariage, du moins je le croyais, nous étions des échangistes très actifs et avions un grand groupe d’amis échangistes. Je pensais que c’était l’une des choses qui aidait à maintenir notre mariage sur un équilibre. Si nous voulions pimenter les choses, pour varier un peu, nous pouvions aller baiser certains de nos amis. Nous avons pratiqué un peu le candaulisme mais sans grand intérêt pour ma petite bite de mari. D’ailleurs, ça a du participer à la mise à mort de notre relation… Assez souvent, nous faisions l’amour en groupe et j’avais la chance d’être le centre d’attention de trois ou quatre gars. Pour une fille, aussi perpétuellement excitée que moi, c’était très satisfaisant de savoir que son mari appréciait ces activités autant que soi.

Rob adorait me voir m’amuser sexuellement, à tel point que de temps en temps, il ramenait deux de ses copains et je les baisais tous les trois toute la nuit.

Bref, je m’éloigne encore un peu du sujet, mais vous avez compris l’idée, j’adore le sexe !

J’ai fini de me préparer pour Shane, coiffure et maquillage faits ; je me suis glissée dans un déshabillé totalement transparent (j’aurais aussi bien pu être nue), sans sous-vêtements et avec une paire de sandales à talons hauts.

Je ne voulais pas qu’il se fasse d’illusions sur ce que j’avais en tête !

Je me suis regardée dans le miroir pour voir le résultat final. Pas mal”, me suis-je dit, “l’air excité, je passerais probablement pour la fin de la trentaine et je suis très baisable !

J’avais vraiment l’air d’une femme qui voulait du sexe !

On a sonné à la porte et j’ai couru en bas pour l’accueillir.

Faisant une pause avant d’ouvrir la porte, j’ai essayé de retrouver mon calme, ce qui était difficile quand on avait une chatte humide et palpitante.

J’ai ouvert la porte d’un coup sec.

Je ne sais pas qui a eu le plus grand choc, moi, ou les deux jeunes hommes en forme portant plusieurs boîtes.

Ils sont restés là à me fixer !

Je suis resté là, abasourdi !

Finalement, l’un d’eux a parlé.

“Mme Collins ?” a-t-il demandé.

“Oui”, ai-je balbutié.

“Nous avons une livraison pour vous, madame”, a-t-il dit, toujours en me fixant.

“Je… je… ne m’attendais pas à… une… livraison ?” J’ai demandé, toujours en bégayant.

“C’est bien le 34, n’est-ce pas ? Et vous êtes Mme Collins, n’est-ce pas ?” Il me fixait toujours, observant chaque centimètre de mon corps presque nu.

J’ai regardé son collègue livreur, il y avait une grosse bosse à l’avant de son pantalon.

Je me sentais de plus en plus mouillée !

“Qu’est-ce que c’est…. dans… dans… la boîte, je veux dire ?” J’ai demandé. Mon Dieu, j’aimerais pouvoir arrêter de bégayer.

“C’est un système Hi Fi, madame, et le monsieur qui l’a commandé ce matin nous a demandé de l’installer pour vous.”

Il essayait de regarder mon visage pendant qu’il parlait, mais il n’y arrivait pas. Je pouvais voir la convoitise dans ses yeux.

Cela me faisait mouiller encore plus !

“Vous feriez… hum… mieux de… hum… l’apporter alors”, ai-je répondu et je me suis écartée pendant qu’ils apportaient la boîte.

J’ai fermé la porte.

“Je vais… hum… monter et… hum…. me changer”, ai-je dit. (Maudit soit ce fichu bégaiement)

“Ne vous changez pas à cause de nous, madame”, a dit pour la première fois celui qui avait une bosse dans son pantalon, “on profite de la vue, n’est-ce pas Mick ?”.

“Bien sûr que oui”, a répondu Mick, dont le visage rougissait.

Qu’est-ce que j’ai pensé, ils ont vu tout ce qu’il y a à voir de moi maintenant.

“OK, vous voulez un café… hum… ou quelque chose d’autre… ….um… pendant que vous installez ce truc ?” Je pense que j’ai peut-être insisté sur le “ou quelque chose”.

Enhardi, peut-être par mon manque d’action pour me couvrir, celui qui avait la bosse s’est approché à quelques centimètres de moi et a posé sa main sur ma poitrine.

Je n’ai pas bougé, je ne l’ai pas repoussé, je suis restée là, la respiration lourde, le corps tremblant.

“Je voudrais le ‘ou quelque chose’ Mme Collins”, a-t-il dit doucement.

Voyant que je n’avais pas bougé, ni repoussé, il a pris cela comme une invitation à aller plus loin, et il l’a fait. Tout en continuant à presser doucement ma poitrine, il a utilisé son autre main pour saisir une poignée de mon déshabillé et le soulever jusqu’à ma taille, exposant ainsi ma chatte rasée.

“C’est une très belle chatte rasée, Mme Collins”, a-t-il dit, toujours en parlant doucement, “mais vous seriez encore mieux sans aucun de ces tissus fragiles qui couvrent ce beau corps”.

J’ai hoché la tête bêtement et, en tirant le déshabillé sur ma tête et en le laissant tomber sur le sol, j’ai légèrement changé de position.

Je me tenais là, complètement nue à l’exception de mes talons hauts, les jambes légèrement écartées, attendant leur prochain mouvement.

Je n’ai pas eu à attendre longtemps. Bulge (c’est ainsi que je l’avais surnommé) a posé sa main sur mon monticule, ses doigts ont sondé entre mes cuisses ouvertes, deux doigts ont trouvé ma fente humide et se sont glissés à l’intérieur de mon corps.

“Mon Dieu, Mme Collins, vous dégoulinez. Hé Mick, viens sentir ça.”

J’ai regardé Mick, il avait vu ce qui se passait et n’avait pas perdu de temps. Il se tenait là, juste avec son t-shirt, son short sur le sol et une très impressionnante bite longue et épaisse pointant devant lui.

Il s’est approché de moi, les yeux rivés sur mon corps ; mes yeux étaient rivés sur sa virilité.

Bulge a retiré sa main de ma chatte et Mick a enfoncé trois doigts dans ma chatte maintenant trempée.

J’ai presque eu un orgasme sur le coup, un faible grognement s’échappant de ma gorge.

“Putain, elle est chaude ! Elle adore ça”, s’est exclamé Bulge en se glissant derrière moi.

Il a tendu la main autour de moi, son bourrelet se pressant dans la crevasse entre mes fesses, et a attrapé un sein dans chaque main, les doigts roulant en pressant mes mamelons.

“Putain, ce sont de superbes seins”, a-t-il dit avec admiration, “Mick en suce un”.

Il a tendu mon sein droit à Mick, mon mamelon en forme de balle tendu.

Mick s’est penché, ses doigts entrant et sortant de ma chatte, et a commencé à sucer mon sein.

C’était suffisant pour moi et j’ai eu un orgasme, mes jus inondant les doigts de Mick, alors que je criais avec le plaisir de ma libération.

“Putain, elle vient de jouir”, s’est exclamé Mick, étonné.

J’ai retrouvé un minimum de sang-froid.

“Les garçons, je sais ce que vous voulez tous les deux, je pense que je le veux aussi. Mais pas ici dans le salon, quelqu’un pourrait nous voir. De plus, j’ai besoin de m’allonger, je ne peux pas faire ça debout. Tu peux avoir tout ce que tu veux de moi, mais pas debout.”

Mick m’a pris dans ses bras.

“Où est la chambre, Mme Collins ?”

“C’est à l’étage, première à droite, et je m’appelle Catherine.”

“Très bien Catherine, on va te mettre sur un lit et te baiser !”

Alors qu’il me portait sans effort à l’étage, je pouvais sentir sa jeune virilité rampante se presser contre ma chair.

Je voulais cette bite !

En m’allongeant doucement sur le lit, Mick n’a pas perdu de temps pour écarter mes jambes, s’agenouiller entre elles et me pénétrer de sa longue et épaisse queue.

Il était gros et ça faisait mal !

J’ai crié quand il m’a pénétré.

“Vas-y doucement ! Vas-y doucement ! S’il te plaît, laisse-moi m’adapter à ta taille, s’il te plaît”, l’ai-je supplié.

Il a arrêté de pousser, sa bite n’était plus qu’à moitié entrée.

“Bon sang, tu es bien serrée Catherine, tu es sûre que tu n’es pas vierge ?”

Je lui ai souri, détendant les muscles de ma chatte alors que les parois de ma chatte enveloppaient sa queue.

Il m’a regardé d’un air interrogateur.

J’ai hoché la tête, “Mais lentement s’il vous plaît.”

Il a avancé doucement, j’étais vraiment en train de me faire remplir. Cela faisait longtemps que je n’avais pas pris une bite aussi grosse. Mes muscles se sont détendus et il a trouvé les profondeurs de ma chatte, sa tête de bite frappant contre mon col de l’utérus.

Je n’étais pas sûre qu’il soit à fond ou non, je m’en fichais, c’était merveilleux.

Il a commencé à entrer et sortir de moi, lentement au début, puis son rythme s’est accéléré. J’ai suivi son mouvement avec le mien, mes hanches se soulevant du lit pour répondre à chacune de ses poussées.

Aussi excitée que je l’étais, je n’ai pas tardé à ressentir un autre orgasme, ça allait être un vrai délire !

J’ai senti cette sensation familière de chaleur irradier de mon centre de plaisir, envoyant des ondes de choc à toutes mes extrémités nerveuses, alors que je criais dans mon orgasme délirant.

“Putain, je jouis ! Je jouis ! Oh, mon Dieu ! Oh, mon Dieu ! Je jouis !” et mes cris continuaient, jusqu’à ce que mon orgasme se calme enfin.

Puis j’ai réalisé que Mick n’avait pas joui, il était toujours en train de pomper en moi.

J’ai senti quelqu’un à côté du lit.

C’était Bulge !

Il était nu, sa bite dépassait devant lui, il n’était pas aussi gros que Mick, mais c’était quand même une belle bite circoncise et il dégoulinait de pré-cum.

Il a tiré ma tête sur le côté du lit, sa bite pointant vers mon visage. Prenant sa tige dans ma main, j’ai léché le pré-cum, il avait un goût sucré. J’ai ouvert ma bouche et l’ai accepté sans hésiter, le prenant directement dans ma gorge.

Bulge a tenu ma tête fermement pendant qu’il baisait ma bouche et ma gorge. Je ne me suis pas soucié, j’étais au paradis de la baise, c’est exactement le genre d’attention que mon corps réclame, et que j’aime !

Bulge n’avait pas l’endurance de Mick, ou peut-être que je suis juste un très bon suceur de bite, et après quelques minutes j’ai senti sa bite commencer à s’épaissir dans ma gorge.

Il a jeté du sperme, qui a atteint le fond de ma gorge, j’ai avalé goulûment, en essayant de ne pas en renverser une goutte. Ça devait faire un moment qu’il n’avait pas soufflé, aussi vite que j’avalais, je n’arrivais pas à tout avoir et une partie s’échappait par le coin de ma bouche.

Pendant ce temps, Mick continuait à me pilonner dans et hors de moi.

L’excitation d’avaler du sperme et d’être baisée avec enthousiasme m’a fait jouir à nouveau !

En relâchant la bite de Bulge, j’ai crié à nouveau.

“Oh putain, je jouis à nouveau ! Oh Dieu ! Oh Dieu ! Oh putain, c’est tellement bon !”

Encore une fois, une fois que mon orgasme s’est calmé, j’ai réalisé que Mick n’avait toujours pas joui !

“Qu’est-ce qu’il est, une machine ? Je me disais.

“Mick, arrête-toi une minute”, lui ai-je demandé à bout de souffle, en reprenant un peu de contenance.

Il m’a regardé d’un air interrogateur.

“Laisse-moi monter sur toi ?” J’ai suggéré : “Je veux chevaucher ta belle queue, comme une cowgirl.”

Il s’est retiré de moi et s’est allongé sur le dos, sa magnifique queue pointant droit en l’air.

Je l’ai chevauché, les mains sur sa poitrine, j’ai abaissé ma chatte avide et humide sur ses muscles d’amour rampants. Je me suis poussée vers le bas jusqu’à ce que je puisse sentir mon os pubien se frotter contre le sien, ma chatte était en feu et pleine de bite !

Je l’ai chevauché pour tout ce que je valais, déclenchant un flux constant de mini orgasmes.

C’était en train de devenir mon genre de journée !

J’ai senti Bulge monter sur le lit, puis j’ai senti un doigt sur mon anus.

Je me suis légèrement penché en avant sur la bite de Mick, l’encourageant et donnant au doigt envahissant un accès plus facile.

Il a pris l’encouragement et j’ai senti ses doigts se déplacer vers ma chatte, remplie de la bite de Mick, recueillant un peu de lubrification.

D’abord un doigt s’est glissé dans mon anus, puis deux, puis trois. Je pouvais sentir les doigts se frotter contre la bite de Mick à travers la fine membrane qui séparait les deux cavités, la sensation était merveilleuse !

Après quelques minutes, les doigts se sont retirés.

Bulge s’est mis à califourchon sur Mick et moi, me poussant en avant sur la poitrine de Mick, il a poussé sa tête de bite contre mon trou de cul froncé. Maintenant, j’aime avoir mon cul baisé, presque autant que le sexe vaginal, et j’aime particulièrement la double pénétration. Mais bien qu’il ne soit pas énorme, cela faisait un moment que je n’avais pas eu de bite dans mon cul, et il avait du mal à forcer son passage.

J’ai détendu mes muscles anaux, autant que je le pouvais, et j’ai été récompensée lorsque j’ai senti sa tête de bite passer mon sphincter et pénétrer dans mon canal anal. Il a continué à pousser jusqu’à ce que je sente ses couilles frapper contre ma chatte remplie de bite.

J’ai joui à nouveau en criant !

“Baisez-moi, les gars ! Baisez ma chatte ! Baisez-moi dans le cul ! Remplissez-moi ! Soufflez vos charges en moi ! Enracinez-moi ! Baisez-moi !”

Et ainsi de suite, alors qu’ils me baisaient sans pitié, leurs bites martelant ma chatte et mon cul.

La sensation, pour moi, était sublime ; je n’avais pas été baisée comme ça depuis plus d’un an et bon sang, ça m’avait manqué !

Les sons qui sortaient de ma bouche sont devenus des bavardages incohérents, car j’étais perdue dans les affres des orgasmes constants.

Finalement, j’ai senti le rythme de Mick s’accélérer, puis sa bite a encore grossi, si c’était possible, et le premier jet de son sperme a éclaboussé les parois de ma chatte. Cela a déclenché Bulge et sa bite est entrée en éruption, crachant son sperme dans mon intestin.

Mon orgasme final, déclenché par ces deux-là, a été le plus grand de tous !

Ma tête a explosé en un kaléidoscope de lumières clignotantes, les terminaisons nerveuses de ma chatte et de mon trou du cul ont déclenché toutes sortes de réponses magnifiques, époustouflantes et frissonnantes.

J’ai été enveloppée dans la satisfaction sexuelle de la convoitise, super réactive, que mon corps recevait avidement et j’étais dans un délire “hors du corps”.

En criant de façon incohérente dans mon orgasme, je me suis évanoui momentanément !

Quand je suis revenue sur terre, quelques secondes plus tard, aucun des deux garçons n’avait bougé. La grosse bite de Mick palpitait toujours dans ma chatte et Bulge était toujours profondément enfoncé dans mon cul. Aucune des deux bites ne s’était ramollie.

Ah, l’endurance de la jeunesse !

Mick a commencé à bouger à l’intérieur de moi à nouveau, ainsi que Bulge.

“Non les garçons s’il vous plaît, j’en ai assez”, j’ai supplié.

“Allez Catherine, tu es une petite salope excitée, tu peux jouir encore et encore”, a insisté Bulge en enfonçant sa bite dans mon cul.

“Ouais, tu peux le faire Catherine”, a cajolé Mick en enfonçant lui aussi sa grosse bite dans ma chatte avide, “allez, souffle encore pour nous”.

Malgré mes protestations, mon corps a répondu, se tordant et poussant leurs jeunes bites avides de me ravager encore plus.

Une fois de plus, mon désir a pris le contrôle de moi, j’ai renoncé à essayer de le combattre, alors que mon corps devenait le sujet d’un autre flux constant de mini orgasmes.

Nous avons continué à baiser furieusement pendant ce qui semblait être une éternité, mais en réalité, ce n’était probablement que 10 ou 15 minutes de plus. La sensation de leurs deux jeunes bites entrant et sortant de moi, la sensation de leur frottement à travers la fine membrane séparant ma chatte et mon canal anal, m’a ramené dans un état de délire constant.

Puis Bulge s’est élancé en avant, a grogné et vidé un autre flot de sperme dans mon intestin.

Une fois de plus, cela m’a fait basculer, ma tête et mon corps ont explosé dans un orgasme total, époustouflant.

Encore une fois, les obscénités ont jailli.

“Jesus Christ ! Je jouis à nouveau ! Putain ! Putain ! Putain ! C’est tellement bon ! Mon Dieu ! Oh, mon Dieu ! Baise-moi !”

Encore une fois, j’ai été déclenché dans un kaléidoscope de lumières clignotantes. Ma chatte et mon trou du cul se sont mis à convulser dans une félicité orgasmique qui me tenait les muscles et les nerfs à vif.

Cette fois, j’étais totalement épuisée et je me suis effondrée sur la poitrine de Mick.

Ma chatte et mon cul étaient encore remplis de bite alors que je gisais, chaude et en sueur, couchée sur mon jeune amant.

Mick a doucement soulevé ma tête et, pressant ses lèvres contre les miennes, il m’a embrassé passionnément, sa langue glissant dans ma bouche.

Je lui ai rendu son baiser avec ferveur, absorbée par la passion de ce jeune étalon.

Il a rompu le baiser et a chuchoté doucement.

“On ferait mieux d’arrêter ça Catherine ou je vais encore bander. Alors je ne voudrai plus quitter ton corps et ta chatte magnifiques, mais je me ferais probablement virer. Le patron va se demander ce qui nous a pris si longtemps. Mais je peux dire que j’ai eu ma part de filles dans ma vie, mais Christ Catherine, tu leur fais honte à toutes. Tu es géniale !”

J’ai levé légèrement la tête quand j’ai senti Bulge retirer sa bite ramollie de mon passage anal. J’ai baissé les yeux vers Mick.

“Tu as plus d’endurance que n’importe quel autre homme que j’ai rencontré Mick. Une fille va être très chanceuse quand elle t’aura”, ai-je chuchoté, “mais maintenant je pense que je ferais mieux de me nettoyer”.

Je me suis détachée de la queue de Mick, ramollie mais toujours impressionnante, et je me suis levée, instable, à côté du lit.

Le sperme dégoulinait de ma chatte et de mon cul alors que je me dirigeais lentement vers la salle de bain attenante.

En m’arrêtant à la porte, je me suis retournée et j’ai demandé,

“Voulez-vous les gars prendre une douche et vous nettoyer avant de mettre en place la hi fi ?”

“Oh merde,” s’exclama Bulge, “J’avais oublié tout ça.”

Nous nous sommes tous regardés et avons éclaté de rire.

Une fois que les garçons sont partis, après avoir installé le hi fi bien sûr, j’ai remarqué qu’il y avait un message sur mon téléphone portable, il se lisait :

“Salut chérie, j’espère que tu n’es pas trop déçue que je n’aie pas pu venir déjeuner. J’ai eu un appel urgent inattendu et j’ai dû prendre l’avion pour Brisbane, je devrais être de retour demain. J’espère que la livraison surprise a été faite et que tu peux en profiter.”

C’était une livraison inattendue et je l’ai certainement appréciée ! J’ai pensé, en souriant et en me rappelant, “si tu veux le refaire, ça me va !”.